Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
L'autre atelier

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir (ou pas d'ailleurs) sur ma grossesse dite "pathologique"

Publié le 31 Mai 2010 par Do dans En attendant baby

Voici la situation : j'ai été cerclée il y a presque 3 semaines. Depuis, je suis chez moi, allongée toute la journée. Enfin, je peux être assise, semi-assise, je dois avoir les jambes allongées devant moi, et ne pas m'asseoir en tailleur (position d'ouverture du bassin et donc toboggan à bébé). J'ai le droit de manger à table et de me laver, éventuellement de me préparer à manger vite fait si je suis seule. Je n'ai pas le droit d'aller chercher Luna à l'école (5mn à pieds), ni de faire le ménage, ni les courses, ni d'aller chez des amis même si c'est un court trajet en voiture et que je peux être allongée chez eux.

 

En gros, je n'ai le droit de rien. Je ne sors de chez moi qu'une fois par mois, pour aller chez le médecin. Prochaine sortie donc le 18 juin. Tant que le bébé n'est pas viable, il n'y a rien d'autre à faire, on laisse faire la nature dixit le médecin. A partir de juillet, j'aurais des visites de sage-femme pour contrôle et monitoring. Plus le bébé grossit, plus le risque d'accouchement prématuré augmente. On espère que tout ceci me permette évidemment de mener bébé à terme (enfin, à 8 mois, comme Luna), et aussi de repousser le plus longtemps possible l'hospitalisation.

 

Je m'occupe comme je peux, lecture, surf sur internet, séries, films, blogs, crochet etc. J'en ai marre qu'on me demande comment je vais, si j'ai le moral, et ce que je fais de mes journées. Il me reste 4 mois. Quatre mois. La grossesse pour moi n'est pas un moment d'épanouissement, de nesting et autre chabadabada. La grossesse pour moi c'est un arrêt. Comme mon arrêt de travail, la vie s'arrête. J'attends. La terre continue de tourner, Luna virevolte autour de moi, Rafi court sans s'arrêter entre cuisine, ménage, courses, cartons, aller-retours à l'école, activités avec Luna etc, les autres préparent leurs vacances, et profitent du soleil, les amis passent avec des nouvelles du dehors. Moi je suis arrêtée totalement. Seul le petit coeur qui bat en moi continue sa course. Mais chaque fois que je mets le pied par terre, je culpabilise et m'inquiète. Chaque fois que je sens une tension dans mon ventre qui grossit, j'ai peur de contracter. Chaque fois que bébé bouge j'ai envie de lui dire "arrête, bouge pas trop, sinon je vais contracter" et le col va s'ouvrir..." A partir de juillet, chaque visite à mon médecin sera accompagnée de l'angoisse de ne pas repartir et d'être hospitalisée.

 

Pourtant j'accepte ma situation parce que je n'ai pas le choix, mais ça reste tout de même difficile à vivre, et souvent un gros sentiment d'injustice m'envahit, quand je vois toutes les femmes enceintes jusqu'aux dents se ballader dans la rue et vivre une vie normale. Sans compter que je m'interroge : et si j'avais envie d'un troisième un jour, aurais-je le courage de repasser par tout cela ?

 

Je vais bien. Et puis parfois je ne vais pas bien. Je sais la chance que j'ai d'être enceinte, je suis optimiste et je veux penser que tout cela aboutira à la naissance d'un beau et gros bébé fin septembre (3,2kg pour Luna à 8 mois). La césarienne m'est égale. La fin justifie les moyens. Et puis je suis dans une prison dorée, il faut le reconnaitre. Ma maman était alitée aussi quand elle m'attendait, mais elle n'avait que 3 chaines de télé et la radio pour s'occuper.

 

Je n'écris pas cet article pour me faire plaindre (d'ailleurs pas de commentaire sur cet article), et je sais que celles qui galèrent pour tomber enceinte me lisent avec un gros pincement dans leur coeur à elles. J'écris cet article pour tenter de vous faire comprendre ce que je vis, et ce que je ressens. Je tiendrai le coup parce qu'il le faut. Le moral est fluctuant, un jour bon un jour pas terrible. Mais ça ira.

 

Au fait, nous ne savons pas encore le sexe, nous voulons le savoir, et si tout va bien nous le saurons le 21 juin prochain.

Lire la suite

Je vais bien

Publié le 30 Mai 2010 par Do dans Vie

Edit : je change le titre, il parait que le film "je vais bien ne t'en fais pas" est très triste alors que ce n'est pas ce que je voulais faire passer.

http://www.lautreatelier.fr/images/blogovie/vabien.jpg

Lire la suite